Vers une garantie emploi pour tous – Discours d’Isabelle Grippa

Vers une garantie emploi pour tous – Discours d’Isabelle Grippa

En 2014, nous faisions campagne sur la garantie pour la jeunesse. Un programme ambitieux qui proposait à chaque jeune une « solution », à savoir soit un emploi, soit un stage, soit une formation, dans les 4 mois suivant son inscription chez Actiris.

Aujourd’hui, 4 ans plus tard, le chômage des jeunes a diminué de plus de 30% à Bruxelles ! Le taux de chômage est inférieur à celui d’Anvers.

C’est un succès que même la commission européenne met en exergue (bien que l’on n’attende pas de félicitations des instances européennes, cela reste intéressant en termes de benchmark)

Aujourd’hui, si le chantier des idées est notre corpus idéologique pour les années à venir, s’il représente notre idéal de société, nous souhaitons que le PS défende une « Garantie emploi pour tous ». A savoir que toute personne en recherche d’emploi se voit proposer une solution dans un délai de six mois après son inscription auprès d’un service public d’emploi, conformément à l’esprit de l’article 23 de la Constitution qui garantit le droit au travail.

La lutte pour le plein emploi doit désormais se baser sur le postulat selon lequel le chômage n’est pas une culpabilité individuelle mais est au contraire une responsabilité collective. Nous plaidons donc pour un changement radical de paradigme sous la forme d’une “Garantie emploi pour tous”.

C’est pourquoi nous proposons de modifier le Chapitre emploi du chantier des idées par « Un emploi pour tous » et que la proposition « Garantie emploi pour tous » soit intégrée comme une nouvelle proposition à part entière.

 

Un autre amendement fondamental que nous souhaitons défendre est le relèvement du salaire minimum.

En Belgique, le récent saut d’index et la révision du cadre légal ont amplifié l’écart entre le revenu des travailleurs et celui des actionnaires et des grands patrons.

Il faut mettre un coup d’arrêt à cette dégradation et s’investir pleinement dans un combat pour des salaires plus justes c’est-à-dire des salaires plus élevés. Il ne s’agit pas simplement d’éviter aux travailleurs la pauvreté mais aussi de leur donner les moyens de construire un vrai projet de vie et de le concrétiser au fur et à mesure de leur carrière

C’est pourquoi nous souhaitions intégrer une nouvelle proposition au chantier des idées qui défend clairement :

–        l’augmentation significative du salaire minimum

–        la fin de la politique de modération salariale et la révision du cadre légal en conséquence

1