Aide à la création et à l’exception culturelle – Discours Chantal Jordan

Aide à la création et à l’exception culturelle – Discours Chantal Jordan

La définition de ce qu’est la culture a souvent été sujette à controverse et le terme est utilisé de façon multiple.

Une définition assez commune, en tout cas celle retenue par l’UNESCO et par l’atelier que nous avons organisé dans le cadre du Chantier des idées, est la suivante :

« La culture est un ensemble complexe qui inclut savoirs, croyances, arts, positions morales, droits, coutumes et toutes autres capacités et habitudes acquis par un être humain en tant que membre d’une société. »

Les propositions, reprises dans le chapitre de la synthèse du Chantier des idées consacré à la culture qui incluait également l’éducation permanente et les média, rendent bien compte de cette complexité.

L’accent y est mis sur le fait que, confrontés comme nous le sommes, à l’emprise grandissante de la marchandisation, au repli sur soi, aux tensions identitaires et religieuses, à la croissance des inégalités, à la multiplication des fausses informations (fake news) et autres théories complotistes, il apparaît plus qu’indispensable de mener une politique culturelle éclairante, percutante et surtout ouverte :

  • Une politique qui mise sur l’art dans toutes ces acceptions, sur l’éducation et sur l’information ;
  • Une politique qui ait pour ambition de toucher tous les citoyens et d’embrasser toutes les disciplines dites artistiques en ce compris les nouvelles disciplines faisant appel au numérique ;
  • Une politique qui place la participation et le débat au cœur de ses préoccupations ;
  • Une politique qui permette un décryptage du monde et une information juste et pertinente ce qi implique la formation à l’esprit critique.

Les amendements aux propositions soumises au débat, fruit des travaux de l’ensemble de nos sections, ont pour principal objet de renforcer encore l’aspect participatif qui devrait caractériser l’ensemble des entreprises culturelles : il s’agit de mettre la participation active des citoyens au cœur même des projets culturels, de faire le lien entre les institutions, les artistes, les créateurs, les publics et les habitants du quartier ou de la Région via des équipes de médiation attachées à des institutions culturelles, des associations d’éducation permanente ou des maisons de quartier.

D’autres parmi ces amendements visent à renforcer le soutien qui doit être apporté à la création et à l’exception culturelle via des investissements qui servent à promouvoir et favoriser l’émergence d’une nouvelle scène culturelle et de nouveaux talents ainsi qu’à promouvoir la recherche en art, discipline essentielle et par trop négligée jusqu’à présent.

Renforcer le soutien à la création est également le sens d’un amendement fondamental qui a pris la forme d’une nouvelle proposition rédigée par notre fédération : le statut de l’artiste.

Il s’agit d’élaborer, à travers divers mécanismes détaillés dans la proposition, un statut qui garantissent à ceux qui, toutes disciplines confondues, enchantent nos vies, un revenu décent et des moyens de travail adéquats.

Pour ce qui concerne le volet « média », nous avons inscrit au cœur des préoccupations de la Fédération bruxelloise, le décryptage de l’information comme mission principale de notre radio-télevision de service public.

De même, l’indépendance journalistique de ceux qui nous informent doit faire l’objet de toutes les attentions et être garantie. Ce qui implique que soit défendu leur statut, le recours de plus en plus fréquent à l’interim n’étant pas de nature à leur apporter cette garantie.

Enfin, il convient de trancher la question fondamentale qui nous est à la proposition 47 de la synthèse du Chantier des idées : la suppression ou le maintien de la publicité à la RTBF ?

Trois réponses nous sont proposées.

A l’issue des discussions rendant compte des deux visions parfaitement opposées sur le sujet, l’une (Proposition 7A) plaidant pour le maintien de la publicité, compte tenu de la situation financière de de FWB et de celle de la RTBF, l’autre (Proposition 7B) considérant que la publicité est à ce point nuisible à l’offre de service public qu’elle doit être supprimée, nous nous sommes accordés pour choisir la troisième.

La Proposition 7C que nous vous proposons de soutenir dispose que :

« Le PS vise une interdiction claire de la publicité privée sur la télévision publique. Une piste est d’étendre les interdictions sur les chaînes radio et télévisuelles publiques. Comme première étape pour atteindre cet objectif, le PS propose d’étendre les interdictions de publicité commerciale sur certaines chaînes de la RTBF (la Trois en télévision par exemple) ou dans certaines émissions (le journal télévisé, les émissions pour enfants) déjà existantes.

Ainsi, par exemple, la Première, chaîne radio centrée sur l’information, pourrait être exempte de toute publicité commerciale. »

0